Rythme de l’information et biais informationnels

Ce billet est le texte remanié d’un courrier envoyé au Monde diplomatique suite à la parution de son numéro de février 2024, en réaction à un article qui faisait – à juste titre – la critique des biais informationnels à l’œuvre chez les médias français dans leur traitement de la guerre israélo-palestinienne. Il souligne l’influence des conditions de travail des journalistes, et notamment de leur rythme de travail, sur la manière dont ces derniers construisent (éditorialisent) l’information, élément qui n’a pas été abordé dans l’article du Diplo.

Madame, Monsieur,

Si vous me le permettez, j’aimerais faire une remarque concernant l’article de Serge Halimi et Pierre Rimbert “Le journalisme français, un danger public”, paru dans Le Monde diplomatique de février 2024, et qui porte sur le traitement médiatique de la guerre Israël-Palestine depuis le 7 octobre. Après une introduction présentant la dédiabolisation du Rassemblement national et, symétriquement, la diabolisation de La France insoumise qui est l’une des seules formations politiques à ne pas avoir applaudi aux représailles d’Israël du fait de sa position pacifiste, les auteurs mettent en valeur trois dimensions structurantes de la médiatisation du conflit en cours. La première concerne “l’axe temporel” au sein duquel est pensé et présenté le conflit, la deuxième est l’occidentalisme qui conduit les journalistes à systématiquement hiérarchiser les points de vue en faveur d’Israël, et la troisième… n’apparaît nulle part clairement, sauf si je vous ai mal lu. Je suppose qu’il s’agit du fait pour les grands médias de taire les massacres d’Israël, de “regarder ailleurs” dès que l’actualité internationale semble vouloir traiter les actions d’Israël comme des tentatives génocidaires, mais cela n’est pas très clair. Ce n’est pas très grave, l’ensemble de l’article étant très convaincant, notamment dans l’analyse du lexique employé pour qualifier les morts des deux camps (“massacres” et “carnages” du côté du Hamas, “morts” du côté de Tsahal). On est clairement dans un cas d’aveuglement médiatique, renforcé par trois facteurs convergents : l’entresoi social des journalistes d’une part, l’effet “chambre d’écho” du journalisme d’actualité qui conduit les uns et les autres à répéter sans discernement ce que disent leurs voisins (cet effet étant loin d’être négligeable dans la culture professionnelle journalistique), enfin la mainmise économique de l’extrême droite ou de la droite libérale autoritaire sur une bonne partie des grandes rédactions.

Ma remarque principale porte pourtant surtout sur votre traitement de l’axe temporel, et sur votre analyse de la présentation par les médias du 7 octobre comme un “point zéro” du conflit, alors qu’il y a eu bien des morts auparavant du côté palestinien. Vous avez bien évidemment raison de souligner que la présentation de telle ou telle chronologie introduit un biais dans l’interprétation du conflit : il ne s’agit alors pas de la même “histoire”, du même narratif. 

Mais il me semble qu’il y a un autre biais que vous ne soulignez pas : le fait que les grands médias ne travaillent pas au même rythme que vous, au Monde diplomatique, et qu’il est très certainement possible d’établir un effet de ce rythme sur le caractère plus ou moins sensationnaliste, ou à l’inverse critique, de l’information déployée. À savoir, plus son rythme est rapide et traite l’information “à chaud”, plus le média cherche à mettre en avant la nouveauté, l’inattendu, le dramatique, etc., afin d’attirer ou de raviver l’attention du destinataire : ce qu’on pourrait appeler le syndrome “Breaking News“. On peut souligner de ce point de vue que l’attaque du 7 octobre, par son caractère radicalement imprévu (voire imprévisible, au moins du point de vue des médias français) et le caractère massif du massacre, a pu à bon droit être considérée par les rédactions sinon comme un “point zéro“, en tout cas comme un événement dont la singularité nécessitait un traitement médiatique extrêmement lourd, et chargé symboliquement aussi bien qu’émotionnellement.

A contrario, et c’est là où il y a sans doute un vice de lecture de ce genre de journalisme, la violence “ordinaire” et régulière de l’État d’Israël qui tue des Palestiniens toute l’année ne fait pas “événement” (je renvoie aux sociologues des médias que vous devez probablement bien connaître, comme Patrick Champagne, sur la construction des événements médiatiques), vu qu’elle est étalée dans le temps, et, contrairement aux attaques de Gaza par l’État d’Israël depuis cet automne, n’est pas spectaculaire. On peut ensuite bien sûr gloser sur le fait que, une ou deux semaines après le 7 octobre, les rédactions n’ont plus aucune excuse pour ne pas resituer cet événement du 7 octobre dans un contexte et une chronologie plus longue, ce qui devrait être le cœur de la rigueur intellectuelle d’un journalisme exigeant. Mais le rythme de l’actualité n’étant pas le même dans une chaîne TV d’information en continu ou un quotidien d’une part, dans un mensuel d’autre part, il ne laisse pas le même temps au journaliste pour se poser et réfléchir sur le sens des informations qu’il traite, ou pour approfondir vraiment son sujet. Autrement dit, sans innocenter les journalistes concernés par votre article du traitement infâme et indigne de leur profession qu’ils ont fait de la guerre en cours – et notamment de l’absence d’un traitement correct de la guerre de Gaza depuis novembre 2023, qui aurait pourtant toutes les caractéristiques de la spectacularité et de l’exceptionnalité pour “faire événement” médiatique –, je veux juste souligner le fait que leurs conditions de travail ne facilitent sans doute pas un recul nécessaire à une prise en charge critique de l’information.

Ce qui veut dire que si le journalisme français devient un “danger public“, c’est aussi (entre autres) parce qu’il est maltraité de tous les côtés. Pressuré économiquement entre la mainmise de Google sur la publicité en ligne d’une part, la main de fer de quelques multimilliardaires de droite d’autre part, le journalisme est également pris dans un “marché de l’attention” qui l’oblige à travailler de plus en plus vite, sans pondération ni contextualisation (voire parfois sans vérification) de l’information. (À cela on pourrait ajouter le mauvais modèle constant de la classe politique au pouvoir, qui parle désormais une novlangue décomplexée en nommant droit de se défendre” une tentative de génocide, ouémulation” l’effet de classes surchargées dans les collèges, mais c’est une autre histoire.) Ces conditions dégradées de travail expliquent la lente dérive vers un journalisme d’opinion où les éditorialistes tendent à remplacer les journalistes, et où le “deux poids deux mesures” ne cesse d’introduire des biais de plus en plus massifs dans l’éditorialisation des informations, au détriment sinon de la vérité, du moins d’une présentation circonstanciée, honnête et pondérée des faits.

C’est pourquoi il est heureux de pouvoir lire un mensuel comme le vôtre qui prend le temps de peser l’information aussi bien que la présentation qu’il en donne, et important de militer pour une slow information : la seule à même, me semble-t-il, de fournir les conditions cognitives et attentionnelles dans lesquelles est possible un traitement équitable (sinon objectif) et circonstancié de l’information.



Citer ce billet
François Fièvre (2024, 4 mars). Rythme de l’information et biais informationnels. Info & Co. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vy9m

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search