Harcèlement scolaire : le protocole

Quasimodo au pilori, gravure de François Rouget, vers 1844.

Mardi dernier, formation en ligne pour le programme Phare (lutte contre le harcèlement) : beaucoup de collègues signalent aux intervenants (inspecteurs d’académie et intervenants extérieurs) qu’il y a un souci avec le nouveau protocole de prise en charge des cas de harcèlement qui vient d’être transmis aux établissements, qui semble complètement contredire ce qui nous a été conseillé de faire l’année précédente.

Dans le détail : Jean-Pierre Bellon et le reste des formateurs ont passé l’année dernière (2022-2023, mais ils avaient commencé à le faire dès 2021-2022 pour d’autres établissements) à nous initier à la méthode de préoccupation partagée (MPP), qui consiste à essayer de changer le regard des harceleurs pour améliorer leur empathie, et faire en sorte qu’ils se préoccupent du sort de la victime. Pour cela, il ne faut pas accuser les agresseurs de quoi que ce soit (approche non blâmante), au risque de renforcer la situation de conflit et de harcèlement, mais au contraire leur demander de porter attention à la victime, et d’essayer de faire en sorte qu’elle se porte mieux. “Moi et d’autres enseignants avons remarqué que Chloé ne va pas très bien en ce moment. As-tu remarqué quelque chose? Peux-tu faire quelque chose pour qu’elle aille mieux? D’ici la semaine prochaine je veux que tu essayes de t’en préoccuper. On se voit la semaine prochaine, tu me diras ce que tu as fait.” Deux rendez-vous de suivi plus tard, si la situation n’a pas été débloquée, si les micro-violences n’ont pas cessé, on arrête cette méthode, et on passe à la sanction, en nommant les choses comme elles sont, et en “jugeant” les élèves en conformité avec le règlement intérieur de l’établissement. Le but étant de régler la majorité des cas avec la MPP (qui a semble-t-il globalement démontré son efficacité, d’après les échos qui nous en ont été faits) avant d’avoir à en venir à la sanction, qu’on peut considérer comme un relatif échec éducatif.

Or, que s’est-il passé ? La récente mouture du protocole de prise en charge des situations de harcèlement, en vigueur depuis le 6 novembre dernier (voir sources ci-dessous) :

1/ ne fait absolument pas mention de la MPP,

2/ considère qu’il faut bien sûr écouter la victime et les témoins pour savoir ce qu’il s’est passé (comme dans la MPP), mais que dans le cas de la première audition du harceleur, celui-ci “est informé que des actes constitutifs de harcèlement ont été signalés, sans qu’aucune précision ne lui soit donnée, afin qu’il
puisse s’exprimer et donner sa version des faits. À travers les règles du vivre-ensemble et les valeurs de l’École, il sera recherché une prise de conscience des faits reprochés et de leurs
conséquences pour la victime. Dès lors que les faits sont établis,
même partiellement, ou qu’ils ne sont pas contestés, il conviendra
d’exiger la cessation immédiate du harcèlement après avoir rappelé les conséquences disciplinaires et pénales.
” (p. 6)

Soit un virage à 180° par rapport à l’approche non culpabilisante et éducative proposée par la MPP. (Avec en passant une dénégation du principe juridique de la présomption d’innocence, puisque le harceleur peut être sanctionné même si la reconnaissance des faits en reste juste au stade d’une absence de contestation… mais c’est un autre problème.) Aux nombreuses questions des collègues quant à cette contradiction, il a été répondu lors de la formation en ligne par les inspecteurs académiques que ce protocole récemment publié ne devait entrer en œuvre qu’après une première phase de deux semaines consacrées à la MPP, et qu’il n’y avait donc aucune contradiction avec la MPP, mais une complémentarité des deux approches. Or ce n’est pas du tout ce que dit le protocole en question, qui dit que l’entretien demandant à l’agresseur de rendre compte de ce qu’il a fait doit avoir lieu “dès lors que l’entretien de l’élève victime permet d’établir le caractère répété des faits“, soit dès après le premier entretien avec la victime.

La contradiction est patente, et tout à fait insoluble : on demande clairement aux personnels des EPLE de faire une chose (une approche éducative suivie s’il y a lieu d’une approche coercitive) et son contraire (une approche coercitive dès le départ). Comment cela se fait-il ?

Une première hypothèse serait que le nouveau ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal, souhaiterait un durcissement des réponses apportées aux cas de harcèlement. Cela dit en passant, en complète contradiction avec l’avis des scientifiques qui s’occupent de ce sujet, qui recommandent tous la plus grande prudence dans l’interventionnisme des adultes, susceptible d’aggraver les situations de harcèlement au lieu de les résoudre. Mais on peut imaginer qu’il s’agit pour le ministre d’un objectif de communication politique, qui semble prendre le pas sur la résolution effective des situations de harcèlement, et le bien-être des victimes. On aurait donc, pour des raisons purement politiques, un tournant coercitif sur le sujet.

Une seconde hypothèse, plus probable (même si non contradictoire avec la première), est celle de l’incompétence des services du ministère qui se sont contenté de réactualiser une vieille fiche déjà éditée d’abord en 2013, puis en 2016 (voir les trois protocoles ci-dessous pour comparaison). Malgré les quelques modifications de détail et la réactualisation introductive, il est grosso modo proposé à peu près la même marche à suivre en 2023 qu’en 2013 pour ce qui est des entretiens avec les agresseurs, à savoir une appréhension le plus rapidement possible, dans la perspective d’une sanction. Autrement dit, aucune visée éducative, aucune prudence quant au possible effet collatéral d’un renforcement du harcèlement consécutif à une mise en accusation du harceleur. Comme si le programme Phare, depuis 2021, n’avait pas été enclenché. Comme si Jean-Pierre Bellon, Marie Quartier et bien d’autres chercheurs ne s’étaient pas échiné à dire à des milliers d’enseignants qu’il fallait procéder autrement. Comme si ces milliers d’enseignants n’avaient pas été formés à la MPP.

Le sentiment, dans l’une ou l’autre hypothèse, est celui d’une immense confusion du côté du ministère, d’un pilotage à l’aveugle, qui introduit nécessairement, par ricochet, de la confusion et de l’amertume du côté des personnels formés qui doivent répondre, une fois encore, à des injonctions contradictoires. Ce qu’ils feront bien sûr en choisissant une approche au détriment d’une autre : on pourra donc selon les établissements faire une croix sur l’approche non blâmante, ou bien passer outre le nouveau protocole. Et du côté du ministère, cela revient à saboter le programme de formation Phare qu’il a lui-même mis en place.

Sources

Le protocole de 2013 :

Le protocole de 2016 :

Le protocole de 2023 :



Citer ce billet
François Fièvre (2023, 15 novembre). Harcèlement scolaire : le protocole. Info & Co. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search