Harcèlement scolaire : les chiffres

La journée nationale de lutte contre le harcèlement, le 9 novembre, approche à grand pas. Ce qui permet au ministre de l’Éducation nationale, M. Gabriel Attal, de capitaliser sur l’événement pour imposer son agenda médiatique, n’hésitant pas même à parler de son histoire personnelle pour faire de la lutte contre le harcèlement une “priorité absolue”. Un questionnaire doit, dans cette perspective, être proposé à l’ensemble des écoliers de France, du CE2 à la Terminale, dont les réponses seront anonymes, et qui a pour but de “libérer la parole” des élèves. On comprend tout à fait que, quoi qu’il en soit de l’histoire privée du ministre, le harcèlement puisse être conçu comme une priorité pour le ministère, s’il s’avérait qu’il s’agissait d’un problème massivement subi par les élèves. Qu’en est-il ?

Le chiffre de “1 élève sur 10” est très souvent donné, par exemple à la fin de cette vidéo datant de 2012, et inaugurant le programme “Non au harcèlement” qui a marqué les politiques éducatives sur le sujet cette dernière décennie. Le courrier officiel du rectorat de mon académie, demandant et explicitant la passation du questionnaire dans quelques jours sur le sujet, estime de même que “plus d’un élève sur dix est victime de harcèlement au moins une fois au cours de sa scolarité”. La psychologue Catherine Verdier, qui dit s’appuyer sur des chiffres officiels, parle également sur France Info de “1 élève sur 10”.

Il faut donc aller voir les enquêtes officielles de climat scolaire et de victimation, qui existent depuis 2011, et qui donnent des chiffres a priori fiables sur les taux de “multivictimation” des élèves. Aussi, quand le ministre dit au micro de BFM que c’est “la première fois dans l’histoire” qu’un tel questionnaire va être proposé aux élèves, il a sans doute raison du fait du caractère hyperbolique de son application : il est proposé à l’ensemble des élèves français, alors que les enquêtes menées par la DEPP, pour des raisons de moyens, n’ont pu être faites que sur des échantillons représentatifs. Il faut toutefois tempérer cet événement historique quand on apprend en off (mais ce ne sont peut-être que des bruits de couloir…) que pour des raisons pratiques (les questionnaires sont à renseigner sur papier), ne seront remontés au ministère pour évaluation quantitative de l’importance du phénomène qu’un échantillonnage, et non la totalité des questionnaires. Étant donné que ce caractère massif de l’enquête a été présenté comme l’un des principaux arguments pour banaliser deux heures d’enseignement dans toute la France entre le 9 et le 15 novembre pour faire passer ces questionnaires, on est en droit de se demander, a minima, ce qui change entre ce questionnaire et les enquêtes de la DEPP, et s’il est si important que ça de le faire passer. En tout cas peut-être pas pour cette raison : s’il s’agit de sonder localement les élèves pour détecter des cas de harcèlement, c’est intéressant, mais l’anonymat est un obstacle ; s’il s’agit d’aider les élèves à prendre la parole, en les faisant commencer à s’exprimer sur un sujet dont ils pourraient être victime, cela est bien sûr très utile, mais les résultats escomptés restent incertains (ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas le faire !).

Autre imprécision du ministre sur BFM : la dernière grande enquête sur le sujet ne date pas de 2011, puisqu’ont eu lieu tous les ans depuis 2011 (justement) les enquêtes de la DEPP sur le sujet. M. Attal a dû mal lire les fiches qu’on lui a fournies. Quoi qu’il en soit de la communication du ministre, que disent ces enquêtes ? L’enquête de 2011 avance le chiffre de 6,2 % des collégiens victimes de harcèlement (multivictimation d’au moins 5 faits de violence importante). Celle de 2017 voyait ce chiffre à la baisse (5,6 %). Et celle de 2023 voyait le taux de harcèlement repartir à la hausse (6,7 %). Il faut bien sûr prendre ces chiffres avec les pincettes d’usage. Ce sont des enquêtes menées sur échantillonnage, sur un mode déclaratif, et surtout les chiffres varient beaucoup selon les établissements (entre école, collège et lycée, entre privé sous contrat et public, entre lycée professionnel et lycée général et technologique), selon le genre considéré (filles et garçons), etc. Il reste qu’on ne voit pas trop d’où sort le chiffre généralement avancé de “1 élève sur 10”. En tout cas visiblement pas de ces enquêtes de la DEPP.

Est-ce une raison pour ne pas faire tout ce qui est notre possible pour éradiquer ce fléau ? Étant donné les effets collatéraux possibles du harcèlement aussi bien sur les victimes (peur, angoisse, isolement, dépression, phobie scolaire, tentatives de suicide…) que sur les harceleurs (impression d’impunité, installation dans un mécanisme de domination, conduites addictives, sanctions pénales…), il va de soi qu’il s’agit d’un “dossier” dont l’école doit s’emparer. Mais entre une évaluation de 1 élève sur 10 et de 1 élève sur 20, l’argument d’une “priorité absolue” prend un peu de plomb dans l’aile. André Canvel, délégué ministériel sur le sujet, expliquait en 2017 que les enquêtes menées par la DEPP parlaient bien de 1 élève sur 10 “concerné” par le phénomène, mais de seulement 5% des élèves “sévèrement et très sévèrement harcelés”. C’est peut-être là la raison du différentiel dans le comptage des victimes de harcèlement, mais je n’ai pas passé assez de temps à lire ces enquêtes pour vérifier d’où vient de chiffre de 10% (voire plus) d’élèves “concernés” par le problème (et ce qu’on entend dans ce cas par “concernés” : victimes de violences risquant une multivictimation ? victimes d’une multivictimation de violences modérées ?).

On comprend bien que l’agenda politique de Gabriel Attal, ainsi que son histoire personnelle, l’amènent à vouloir mettre ce dossier sur le haut de la pile, et à remuer ciel et terre pour que tous les efforts de la communauté éducative se tournent vers l’objet “harcèlement”. Mais il existe d’autres thématiques éducatives qui mériteraient d’être traitées avec autant de moyens : par exemple l’égalité filles-garçons et le développement durable (en des termes moins institutionnels : le féminisme et l’écologie)… ou tout simplement les inégalités scolaires ? Surtout, ce combat tout à fait nécessaire contre le harcèlement gagnerait en légitimité s’il était présenté avec des arguments qui soient mieux fondés. Et des chiffres plus proches de la réalité, qui indiqueraient une prise en compte plus honnête du phénomène, à l’inverse de ce qui ressemble beaucoup en ce moment à une emphase émotionnelle liée à l’objectif de communication politique du jour.

Au final en effet peu importe, en réalité, le nombre d’élèves victimes : quel que soit leur nombre, c’est un impératif moral absolu que de s’en occuper. Il est inutile de gonfler les chiffres, et il peut être considéré comme indécent de le faire. Il peut aussi être considéré comme impertinent et inefficace d’opérer un tel matraquage médiatico-politique sur la question du harcèlement.

Impertinent, quand celui-ci n’est qu’une parmi d’autres des violences subies par les élèves. Le harcèlement, c’est la violence qui s’installe, qui s’enkyste par la répétition. Prévenir le harcèlement se fait donc en luttant contre les violences en général, pas contre le harcèlement en particulier.

Inefficace, quand on sait que cela fait déjà plusieurs années que les enfants sont “sensibilisés” à cette problématique, tous les ans, via des intervenants différents, quel que soit l’établissement dans lequel ils mènent leur scolarité, le risque étant même de mener à un effet de saturation propice à un discrédit ou un désintérêt pour la dite “sensibilisation”.

Pour le dire autrement : toutes ces vidéos disponibles sur Youtube du concours “Non au harcèlement”, fruit du travail des élèves, empêchent-t-elles le harcèlement ? Non, tout comme l’accumulation des ressources sur Eduscol, ou des “innovations pédagogiques” sur Réseau Canopé, n’empêchent pas les inégalités scolaires. À défaut de changer la société, cela permet juste d’en atténuer, vu de loin, l’impression d’injustice : cela donne l’idée, certes non totalement illégitime, qu’on tente quelque chose. Les Cahiers pédagogiques ont pour magnifique devise “Changer l’école pour changer la société, changer la société pour changer l’école“. Plutôt que de tout espérer de la première proposition, il importe peut-être, me semble-t-il, de mettre aussi en pratique la seconde. En d’autres termes, si les violences trouvent leur place à l’école, c’est qu’elles se trouvent légitimées par la société. Que ce soit sous leurs formes individuelles les plus évidentes, ou sous leurs bien moins visibles formes collectives.



Citer ce billet
François Fièvre (2023, 7 novembre). Harcèlement scolaire : les chiffres. Info & Co. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcak

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search