Désapprendre le copier-coller

Suite à un projet de recherche documentaire que j’ai fait avec mes élèves de niveau 6e, j’ai constaté sans surprise que la plupart des élèves, même très scolaires et de bonne volonté, pratiquaient le copier-coller sans vergogne lors même qu’on leur demandait explicitement un travail personnel. Le fait que même de très bons et consciencieux élèves pratiquent le copier-coller indique une chose : que ne pas utiliser le copier-coller n’est pas évident, et donc que cela est susceptible de s’apprendre. Le processus d’apprentissage devant du coup être conçu comme un acte de résistance à un processus intuitionnel trop rapide, dans la lignée (entre autres) des travaux de psychologie cognitive d’Olivier Houdé (Apprendre à résister. Pour comprendre les biais cognitifs, Flammarion, 2022). Pour aller vite : au cours d’un processus de recherche d’information, le réflexe opératoire est de copier-coller, parce que c’est l’opération la moins coûteuse du point de vue cognitif, et il s’agit donc de désapprendre (ou d’inhiber) ce réflexe, pour apprendre à produire un texte personnel. Avec au moins deux objectifs éducatifs et pédagogiques :

  1. Apprendre aux élèves à ne pas commettre de plagiat, qui consiste au regard de la loi en un délit susceptible d’être sanctionné. (Objectif d’apprentissage de la citoyenneté.)
  2. Apprendre aux élèves une méthode de travail qui leur permette de s’approprier des savoirs et à ne pas se contenter de les reproduire, ce qui doit passer par une reformulation personnelle des textes lus. (Objectif du domaine 2 du Socle commun de connaissances et de compétences, relevant de l'”Apprendre à apprendre”.)

Autoriser le copier-coller au brouillon

En matière d’apprentissage de recherche d’information, la chercheuse Nicole Boubée a déjà travaillé sur le copier-coller, et insiste sur le fait que celui-ci doit être dédiabolisé et peut, à l’encontre des représentations courantes, être conçu comme une utile phase intermédiaire au cours du processus de recherche d’information, qui peut donner lieu à un “document de collecte d’informations”. Cela suppose bien sûr que le copier-coller s’arrête à la phase du travail de préparation – ce qu’on appelle le plus souvent le “brouillon” –, et ne vienne pas déborder sur celle de la réalisation du travail demandé – ce qu’on peut appeler le “rendu”, et qui correspond dans le processus de la recherche d’information à la dernière étape de “communication de l’information”. Au cours du processus de recherche documentaire (fig. 1), la réalisation d’un document de collecte interviendrait donc en étape 4, et le copier-coller ne devrait jamais être autorisé en étape 6.

Fig. 1. La recherche d’information en 6 étapes. Infographie © F. Fièvre.

En connaissance des travaux de Nicole Boubée, j’ai donc autorisé le copier-coller à mes élèves, tout en spécifiant bien à chaque fois que cette pratique devait être limitée à la phase du brouillon, et qu’elle ne saurait être autorisée dans le texte final. Las, je me suis rendu compte que dans les textes “définitifs” rendus par les élèves, subsistait très souvent une part importante, dans certains cas majoritaire, de contenus copiés-collés de sites internet plus ou moins fiables (la fiabilité des sources étant un autre problème, non traité ici). Ce qui m’amène à plusieurs suppositions :

  1. Je n’ai pas suffisamment explicité le fait que le copier-coller était interdit dans le texte à rendre.
  2. Les élèves ont manqué d’attention lors de l’écoute ou de la lecture des consignes.
  3. Les élèves ne savent pas faire autrement pour produire un texte que de copier-coller.

Les trois hypothèses sont loin d’être contradictoires, et les facteurs peuvent donc se cumuler. Le rôle du professeur étant d’intervenir partout où il le peut, il s’agit donc à l’avenir pour moi :

  1. de mieux expliciter l’interdiction du copier-coller dans le texte final, par exemple en indiquant clairement (ce que je n’ai pas fait) dans les attendus d’évaluation qu’un copier-coller aboutirait à un “non-atteint” dans la compétence “Rédiger” ;
  2. de travailler sur l’attention des élèves, et de faire en sorte par exemple que la consigne concernant le copier-coller intervienne à un moment où cette attention n’est pas flottante ;
  3. d’enseigner le non-copier-coller.

Autant les deux premières mesures peuvent être mises en œuvre assez rapidement et sans gros moyens pédagogiques, par un simple ajustement de pratique, autant la troisième nécessite un peu plus de temps, aussi bien en préparation qu’en classe.

Éviter le copier-coller, comment faire ?

C’est ainsi que j’ai, avec l’aide de ma compagne enseignante de lettres, conçu une séance ayant pour but de désapprendre le copier-coller aux élèves. De leur enseigner à résister à l’envie de copier-coller, bien compréhensible étant donné le faible coût cognitif de l’opération, et surtout de leur apprendre une méthode pour faire autrement. Cela est loin d’être évident pour les élèves, dans la mesure où d’une part très souvent l’accent est mis à l’école primaire sur la capacité à rédiger sans fautes et avec une belle graphie, mais pas à inventer des textes, d’autre part quand on apprend aux élèves à inventer des textes, il s’agit le plus souvent de le faire à partir de textes de fiction, et non de textes documentaires. Un des exercices les moins abordés en primaire (à ma connaissance…) est donc la rédaction d’un texte personnel de synthèse à partir d’un ou plusieurs textes documentaires : si cela figure bien dans les programmes de CM2 (p. 5, “Recourir à l’écriture pour réfléchir et pour apprendre”), les professeurs des écoles n’ont pas toujours le temps d’aborder ce genre d’exercices, ou de l’approfondir quand ils l’abordent. Pas étonnant en 6e que les élèves se sentent bloqués quand on leur propose un tel exercice : ils ne savent pas trop comment s’y prendre, et donc… copient-collent en modifiant parfois quelques mots ou tournures de phrase, ces quelques modifications superficielles suffisant pour eux à transformer un texte copié-collé en texte personnel.

Il faut se méfier du coup du conseil un peu trop rapide qui consiste à énoncer aux élèves que pour éviter le copier-coller, il faudrait “dire la même chose mais avec ses propres mots”. D’abord parce que ce n’est pas toujours possible : quand un texte utilise un mot précis, il est parfois dangereux d’essayer de lui trouver un synonyme – par exemple dans une leçon de géographie le mot “métropole” a un sens très spécifique, et il ne serait pas juste du point de vue de l’acquisition des savoirs disciplinaires de le transformer par “grande ville” ou “ensemble de villes” sous prétexte d’éviter le copier-coller. Ensuite, parce que changer quelques mots par-ci par-là ne revient pas à éviter le copier-coller, mais à le maquiller. Ce n’est pas en changeant quelques mots qu’on s’approprie les savoirs, mais bien en reformulant intégralement un contenu informatif (ce à quoi le texte renvoie, et non le texte même). Il en découle que l’expression “avec ses propres mots” est une manière imagée de parler qui devrait être évitée auprès des élèves, sachant que “ses propres mots” devraient pouvoir aussi être ceux du texte, et que l’important est de comprendre et d’imaginer ce dont le texte parle, puis de le réexprimer par des phrases cohérentes.

Une méthode, le “cacher-imaginer”

J’ai développé dans cette perspective le canevas d’une séance (probablement faisable en une heure) tentant d’expliciter cette différence entre texte copié-collé et texte personnel, et surtout d’enseigner une manière de transformer un texte copié-collé en texte personnel. Elle peut s’articuler en trois temps, qui selon les sensibilités ou habitudes pédagogiques peuvent être plus ou moins intervertis (la phase d’exercice intervenant avant ou après l’explicitation magistrale, idem avec la présentation de la fiche méthode, qui devrait toutefois être faite avant le 2nd exercice).

Fig. 2. Comment éviter le copier-coller? Fiche enseignant. © F. Fièvre

1. Phase d’explicitation de ce que c’est qu’un copier-coller, le plagiat, les raisons juridiques, morales et intellectuelles qui doivent mener à éviter ce genre de pratiques. C’est une phase plus ou moins développée selon le public auquel on a affaire, dont une brève synthèse se trouve dans les deux premiers paragraphes de la fiche enseignant ci-dessus (fig. 2). En encadré en gris, la méthode pour faire une citation, qu’il est dangereux selon moi d’aborder avec les élèves en même temps que le reste (risque de les perdre, surtout en 6e), mais qu’il peut être intéressant de voir avec eux ultérieurement, dans un second temps.

Fig. 3. Comment éviter le copier-coller? Fiche élève. © F. Fièvre

2. Phase de distribution et de lecture individuelle/collective d’une fiche de méthode pour les élèves (fig. 3 ci-dessus). Dont le principe consiste à énoncer les écueils qu’il faut éviter d’une part, et à donner une méthode générale pour arriver à reformuler de manière personnelle le contenu informatif d’un texte d’autre part. Pour cela, deux étapes intermédiaires minimales sont requises. La première est le fait d’arriver à comprendre ce qu’on lit, ce qui suppose d’être capable d’imaginer (se faire une image mentale) du contenu informatif. La seconde est de constituer à partir de ces images mentales une série de mots clés, qui permettront ultérieurement d’arriver à formuler avec ses propres phrases (plutôt qu’avec ses propres mots) le contenu informatif. Ces mots clés peuvent ou non être issus du texte. Mais il est important que le texte originel soit mis de côté (concrètement ici caché ou éloigné des yeux) à un moment ou à un autre : la liste de mots clés sert donc utilement d’intermédiaire pour conserver une certaine continuité avec le texte, tout en permettant une certaine rupture qui garantit l’absence de recopiage ou de copier-coller pour la formulation, c’est-à-dire la création de nouvelles phrases qui correspondent très concrètement à ce que l’élève a compris (ou arrive à formuler) du contenu informatif.

3. Phase d’exercice, avec deux exercices distincts (fig. 4 ci-dessus) : un exercice d’observation, qui permet aux élèves de “se mettre dans la peau d’un professeur” (et donc de comprendre par projection quels sont les attendus scolaires) et de trier entre des copiés-collés maquillés et un texte vraiment reformulé. C’est un exercice utile pour permettre aux élèves d’appréhender concrètement le fait que le copié-collé reste un copié-collé même quand on change quelques mots ou qu’on intervertit deux morceaux de phrases. Si l’on souhaite développer l’analyse avec les élèves un peu à l’aise, on fera d’ailleurs remarquer qu’un des copiés-collés (A) fait des coupes et change quelques mots, alors que l’autre aussi coupe, mais modifie et arrange l’ordre des morceaux de phrases plutôt que les mots eux-mêmes (C) : l’un modifie le lexique, l’autre la syntaxe. Ensuite est proposé au verso un second exercice, qui permet de mettre en œuvre la fiche-méthode (fig. 3), et oblige à passer par l’intermédiaire de la liste de mots clés. Il peut être utile de rappeler à l’oral la consigne : cacher le texte d’origine (par exemple en pliant la feuille) quand on passe aux étapes suivantes, notamment à la dernière étape de l’exercice.

Quelques variations possibles :

  • Selon les compétences des élèves, on peut passer par une carte mentale plutôt que par une liste de mots clés.
  • On peut bien sûr faire varier la quantité, la nature et la difficulté des textes proposés en exercice en fonction du niveau visé.
  • Si l’on veut faire travailler à plusieurs les élèves pour encourager à la coopération, on peut utiliser les conseils donnés sur ce point par la fiche-méthode, mais il faut dans ce cas peut-être adapter un peu la fiche d’exercices, ou repréciser à l’oral les consignes.
  • Dans l’exercice d’application, on peut au choix, selon le degré de compétence des élèves, faire chercher les mots clés dans le texte, ou bien demander à ce que le texte soit caché avant d’établir la liste de mots clés. Ou encore : établir la liste de mots clés en texte caché, puis vérifier sa pertinence en relisant le texte (phase de contrôle intermédiaire). Dans tous les cas, le texte d’origine doit être caché au moment de l’écriture du nouveau texte.

Le but de l’opération est de former les élèves à une méthode explicite permettant de ne pas copier-coller, ou plus précisément de transformer un copié-collé d’un document de collecte en texte personnel. Soit une chose qui paraît évidente pour les rédacteurs experts que sont la plupart des enseignants, mais qui est loin de l’être pour des élèves encore très débutants : c’est pourquoi, même si le but est bien sûr, à terme, de se passer de la fiche-méthode et de la liste de mots clés, il paraît nécessaire de proposer cette béquille à des apprentis-rédacteurs.

Bien évidemment, certains élèves continueront à copier-coller ensuite, il ne s’agit pas de se faire d’illusions sur un quelconque caractère miraculeux de l’exercice. Mais au moins on leur aura enseigné à procéder autrement : la part du contrat pédagogique relevant de l’enseignant aura été remplie. Pour être bien ancré dans les pratiques, ce genre d’exercices pourra être renouvelé avec variations de manière régulière. Il concourra à l’amélioration aussi bien des compétences méthodologiques des élèves (éviter le copier-coller) que de leurs compétences en matière de rédaction (savoir reformuler), ce pourquoi il pourra de manière utile être repris aussi, idéalement, en cours de français.

Un développement possible : appliquer la même méthode pour mémoriser une leçon, dans quelque discipline que ce soit. Le passage par les mots clés permettant une appropriation du contenu, et la reformulation préparant une éventuelle évaluation type questionnaire ou question de synthèse (voire dissertation au lycée), cette méthode peut être utile pour mémoriser le contenu d’un cours sans le recopier, ou, encore moins efficace, se contenter de le relire. On insistera dans ce cas sur la dernière phase de vérification, le “cacher-imaginer” se transformant en “cacher-vérifier”.

Bibliographie

  • Olivier Houdé, Apprendre à résister. Pour comprendre les biais cognitifs, Flammarion, 2022.
  • Nicole Boubée. “Le rôle des copiés-collés dans l’activité de recherche d’information des élèves du secondaire”, HAL (preprint), 2008. URL : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00344161 ￿
  • MENJ, “Attendus de fin d’année. CM2, Français”, Eduscol, MAJ 12/2022. URL : https://eduscol.education.fr/document/13996/download

Les pdf



Citer ce billet
François Fièvre (2022, 30 décembre). Désapprendre le copier-coller. Info & Co. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcag

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search