Captive de Sarah Rivens : la dark romance au péril de l’adolescence

Je viens de terminer Captive de Sarah Rivens. Qu’est-ce que ce livre, exactement ? Il s’agit d’une des meilleures ventes dans le genre éditorial et littéraire de la dark romance, genre récent qui constitue un sous-genre de la littérature dite “sentimentale”, ou de “romance”, à laquelle nous avait habitués par exemple la ligne d’une maison d’édition comme Harlequin. Le genre de la romance comprend bien des sous-genres : la romantic-fantasy (histoires d’amour avec des fées et des dragons), les romances historiques (histoires d’amour à l’époque du Moyen Âge ou de la Régence anglaise), etc. Et la dark romance, ce sont des histoires d’amour dans lesquelles une ambiance sombre et violente a été ajoutée à une trame amoureuse qui reste le fil directeur principal de l’intrigue.

Pourquoi est-ce que je m’y intéresse ? Un ami, me voyant lire ce livre, m’a dit en plaisantant que, décidément, j’étais très éclectique dans mes goûts littéraires. La réalité est beaucoup plus professionnelle : certaines des collégiennes que je croise lisent ou ont lu Captive de Sarah Rivens, et sont de manière générale amatrices de dark romance. Une élève de 4e l’a lu et m’en a chanté les louanges, deux élèves de 3e l’avaient récemment lu, et étaient en cours de lecture d’autres livres du même genre. L’élève de 4e l’avait même conseillé à sa jeune sœur, en 6e dans le même collège. Sans que le livre soit disponible au CDI : cela fait partie des livres qu’elles achètent d’elles-mêmes – ou qu’elles obligent leur mère à acheter.

Or, il s’agit d’un genre très controversé depuis quelques années, qui visiblement véhicule la culture du viol et dessine le modèle d’amours toxiques. Le mieux était donc d’emprunter l’ouvrage (le 1er tome, je n’ai pas poussé plus loin) à l’une de mes collégiennes pour me rendre compte par moi-même de son contenu, afin d’arriver à mieux ajuster mes réactions par rapport à cette mode littéraire auprès des collégiennes qui fréquentent le CDI. Ne pas être dans le faux ou l’approximatif, ce qui suppose que j’aie lu le livre avant d’en parler à des personnes qui l’ont lu.

L’histoire

Ella est une jeune fille de 22 ans, prostituée sans son consentement par un maquereau qui l’a négociée à sa tante (ses deux parents sont morts) en mal d’argent. Ella a le statut de “captive”, sorte d’esclave, non nécessairement sexuelle (mais pour elle ç’a été le cas) qui est la possession de son propriétaire, et lui doit donc obéissance – ce qui ne préjuge en rien du respect ou d’autres émotions pouvant naître entre une captive et son possesseur. Cela rappelle un peu les “furniture girls” du film d’anticipation Soleil vert (1973), qui sont fournies avec l’appartement qu’on loue, et dont la fonction décorative et de “standing” est primordiale : dans l’univers de Sarah Rivens, visiblement les captives sont essentielles pour assurer un statut social aux hommes d’importance, capables de les entretenir et de leur trouver une (vague) occupation. Il se trouve justement qu’Ella est revendue à un autre propriétaire : Asher Scott, dirigeant d’une mafia de revendeurs d’armes et de drogues, 25 ans, beau, tatoué, et d’un caractère extrêmement colérique et autoritaire. Ce sont les proches d’Asher, notamment son oncle, qui lui donnent Ella : Asher Scott ne veut pas de captive, car il a connu une histoire compliquée avec une précédente captive avec qui il avait eu une histoire d’amour, mais qui in fine l’a trahi, ainsi que l’ensemble de son clan. Asher commence donc par enfermer Ella plusieurs jours dans une cave, l’assoiffe, puis lui brûle la main sur une plaque de cuisson (3e chapitre), ne cesse de l’insulter, de la battre froid, de l’humilier.

L’histoire veut néanmoins que l’un comme l’autre, Ella et Asher, tombent dans les bras l’un de l’autre au fur et à mesure du récit, celui-ci étant principalement occupé par les dialogues tendus entre les deux personnages, mais aussi par quelques “missions”, scènes d’action, d’espionnage ou de réception avec grandes robes et bijoux en diamants, directement tirées de l’imaginaire un peu m’as-tu-vu du Parrain ou de la franchise James Bond. A la fin du premier tome, Ella et Asher seront séparés par les circonstances (Asher veut éloigner Ella de lui-même pour éviter qu’elle puisse constituer une cible pour son demi-frère, ennemi juré de son clan), mais auront vécu des scènes d’intimité qui les auront définitivement rapprochés, sans toutefois jamais consommer leur amour sous forme de relations sexuelles. Asher a en effet peur de mettre en danger son aimée en s’y attachant trop, et Ella est, on le suppose, encore traversée par les traumatismes de ses agressions passées.

Culture du viol, sexisme et syndrome de Stockholm

La critique a eu tôt faire d’alerter sur les travers moraux de ce genre de récits : culture du viol, sexisme, syndrome de Stockholm. Est-ce que le roman encourage la culture du viol ? Pas vraiment, dans la mesure où si Ella a été violée par le passé, ces événements sont toujours présentés comme traumatiques, et où Asher, qui est le personnage “positif” du roman (il constitue en tout cas l’objet du désir, et est ainsi valorisé par la narration), ne va jamais lui imposer de rapports sexuels. C’est d’ailleurs l’un des aspects positifs du roman, que de bien présenter les aspects traumatisants du viol : Ella subit régulièrement au cours du récit les contrecoups de ses traumas passés, avec des crises d’angoisse incapacitantes à chaque fois qu’un événement ou un personnage tiers rappelle à sa mémoire les sévices dont elle a été victime. On pourrait donc dire de ce point de vue que le roman va contre la culture du viol. Mais c’est plus compliqué que ça, on y reviendra.

La critique a par ailleurs souligné l’aspect “syndrome de Stockholm” du récit, qui est un phénomène psychologique selon lequel l’agressé prend le parti de son agresseur, et vice-versa l’agresseur a un sentiment positif pour l’agressé. Dans ce roman c’est clairement le cas, dans la mesure où Ella tombe amoureuse d’un homme 1/ qui est son seigneur et maître, et peut restreindre sa liberté à peu près comme il l’entend, et se comporte ainsi avec elle comme pourrait le faire un preneur d’otages avec sa victime ; 2/ qui ne cesse de l’humilier, de l’ignorer, de l’objectifier (ainsi il refuse dans un premier temps de l’appeler par son prénom, mais l’appelle “captive”), voire, au moins au départ, de la violenter.

Comment commence-t-elle à s’éprendre de lui ? Au cours d’une scène assez improbable, où Ella est menacée d’agression sexuelle par une tierce personne, ce qui réveille chez elle des crises d’angoisse, à la suite desquelles Asher la calme en la prenant dans ses bras, et la réconforte en passant la nuit avec elle (en tout bien tout honneur). Asher, donc, aurait le pouvoir de la calmer, parce qu’il n’essaierait pas d’avoir des relations sexuelles avec elle, mais aussi parce qu’il incarnerait une figure protectrice, qui parviendrait à l’émanciper, ou tout du moins à la protéger de ses propres angoisses liées à son passé traumatique. Mais comment croire au fait qu’Asher puisse incarner pour Ella une figure rassurante, alors qu’il n’a cessé, initialement, de terroriser et violenter la captive ? Inexplicablement, Asher ne vient pas pour Ella s’ajouter à la liste de ses bourreaux passés. Une explication du syndrome de Stockholm est que les victimes compatissent avec leurs agresseurs dans la mesure où ces derniers arrivent à justifier leurs actes, à les expliquer. Ici, pourtant, rien de tel : Ella ne commence à comprendre les motivations d’Asher à son comportement exécrable qu’à la toute fin du livre, alors même que ses sentiments pour son agresseur ont depuis longtemps commencé à devenir plus positifs. L’inconséquence psychologique du récit est donc patente – on n’en attendrait sans doute pas plus d’une “romance”, qui n’a jamais la finesse d’un roman psychologique, mais cela n’empêche pas de le souligner.

Le sexisme, maintenant. L’amour d’Ella et Asher naît dans la violence, l’insulte, l’humiliation, et qui plus est dans un rapport possesseur/possédé : en un mot dans la domination du mâle sur la femelle. Bien entendu, dans le monde imaginé par Sarah Rivens, il n’y a pas de captifs pour les femmes importantes, mais que des captives pour les hommes importants : on reste dans un patriarcat asymétrique assumé. Les figures masculines valorisées le sont par ailleurs dans les plus purs stéréotypes du virilisme brutal : Asher fait régner la terreur sur ses subordonnés, est tatoué, musclé, ne cesse de fumer, et ne répugne jamais à tuer des gens malgré ses 25 ans. C’est en somme une brute épaisse, qu’Ella ne cesse d’appeler “le psychopathe” dans la majeure partie du roman. Inexplicablement, il arrive aussi mal à maîtriser sa colère qu’il arrive à bien maîtriser ses pulsions sexuelles : il ne cesse de terroriser son entourage par ses brusques accès de rage, mais arrive tout à fait à refouler son attirance pour Ella. Peut-être pourra-t-on faire de ce paradoxe un indice de complexité du personnage, plutôt qu’une incohérence psychologique ? Quoi qu’il en soit, on ne sort pas avec ce roman des stéréotypes sexistes : une histoire d’amour entre une femme passive incapable de faire autre chose que d’être belle et de se faire entretenir, et un homme actif, brutal, irascible, dur et dominateur, dont le métier est dangereux et consiste à flinguer des gens et donner des ordres.

Pourquoi lit-on Captive ?

On lit Sarah Rivens d’abord parce qu’il s’agit de romance. Une enquête menée par Babelio auprès des utilisateurs du site (ce qui entraîne inévitablement quelques biais) établit que les lecteurs de romance sont avant tout des femmes (94%), jeunes (57% ont moins de 35 ans), et grandes lectrices (95% affirment lire plus d’un livre par mois). Ceci toutefois n’explique pas vraiment les raisons qui poussent toutes ces jeunes femmes à lire ce genre de livres, mais nous oblige dès lors à plutôt parler de lectrices que de lecteurs.

Quand on va voir les commentaires du livre sur le site Babelio, on peut recueillir plus d’indices. Le plaisir pris à la lecture semble avant tout dû à celui d’être pris dans un récit, et de se projeter dans les violentes émotions des personnages. Dans les notes 5 étoiles : “J’ai adoré cette histoire et ses personnages. C’était captivant, on rit beaucoup, on pleure parfois et on stresse pour eux à chaque page.” (Tourneuse_de_pages) ; “La plume de Sarah est immersive, on s’imprègne des sentiments de chacun, le fait que le duo principal soit toujours sur un fil tendu amène à tourner les pages rapidement car on ne sait jamais si ils vont se rapprocher ou s’éloigner, pour le coup le mot slow burn est même trop faible pour eux.” (EloLML) ; “Ella et Asher sont hyper attachants et interessants, de part leur vécu qui n’est pas facile. J’ai beaucoup aimé les personnages secondaires aussi (coeur sur Kiara).” (oce0390377).

Un autre aspect souligné en commentaire est le caractère haletant et soutenu de la narration, où digressions et longues descriptions sont absentes, qui va droit à l’essentiel. “C’est un livre super entraînant, on veut toujours savoir la suite, ce qui fait que le livre se lit tout seul. Par contre la fin… je veux trop savoir la suite !” (oce0390377) ; “La plume, légère, est addictive. Les pages et les péripéties s’enchainent sans que l’on s’ennuie.” (lunedelivree). Une jeune fille de 14 ans à qui je posais la question le week-end dernier me disait que l’une des raisons pour lesquelles ses copines lisaient Captive, c’est l’écriture. Celle-ci est en effet très simple, utilisant beaucoup de vocabulaire familier ou vulgaire dans une narration à la première personne en focalisation interne (on se situe dans la tête d’Ella), et multipliant les dialogues et les réflexions personnelles de l’héroïne. L’écriture se veut ainsi désencombrée de tout obstacle au cheminement sentimental du personnage, au détriment entre autres de la cohérence contextuelle. On se demande par exemple comment il est possible qu’Ella, 22 ans, ne se préoccupe quasiment jamais du réseau de revente d’armes et de drogue que dirige le clan dans laquelle elle a atterri – ça ne la choque pas une seule seconde, et ça ne lui fait pas non plus peur d’être arrivée dans cet univers immoral et destructeur : son attention est exclusivement centrée sur Asher et ses mauvais traitements, et c’est cet unique fil directeur, sentimental, qui porte la narration. Le contrat générique de la romance est respecté : seule importe l’histoire d’amour.

Étrangement, les lectrices semblent également apprécier la complexité psychologique des personnages. ” le côté psychologique de ce livre est super intéressant.” (oce0390377) ; “Leur romance est très particulière, leur personnalités sont complexes, entre traumatismes, rancoeur, sentiment de sécurité et crainte de s’attacher, ils vont vivre une relation tendue, basée sur la peur, le rejet mais aussi l’espoir, sincèrement la colère domine nos émotions mais certains instants de paix mettent du baume au coeur.” (EloLML). Le caractère ambivalent de la relation entre Asher et Ella passe donc pour de la complexité ou de la profondeur : les deux personnages ont un passé traumatique, ce qui leur donne une certaine épaisseur. Peu importe en fin de compte le caractère stéréotypé de leurs personnages comme de leur histoire, le genre de la romance fonctionnant de toute façon sur le plaisir pris à la mise en scène de stéréotypes : je renvoie sur le sujet aux travaux de Matthieu Letourneux sur la littérature sérielle. La lectrice de dark romance ne vient pas chercher dans le roman l’approfondissement littéraire d’une vision du monde portée par une écriture singulière, mais le retour de clichés déjà vus et appréciés pour eux-mêmes dans des livres du même genre. Il ne s’agit surtout pas de “déconstruire” les stéréotypes, mais de les entretenir, pour avoir le plaisir de les reconnaître, et peut-être d’y associer des références d’autres livres ou films déjà lus.

Cela n’empêche pas, malgré tout, que certaines jeunes filles puissent y reconnaître leur histoire, ou des éléments qu’elles auraient vécus ou vivraient. L’une des jeunes filles de mon collège qui a particulièrement apprécié le livre a vraisemblablement connu des événements traumatiques par le passé. Et de manière générale, il me semble tout à fait possible pour une jeune fille concernée par ce genre de traumas de s’identifier à Ella, victime de violences sexuelles, quand bien même la caractérisation psychologique du personnage n’a que peu de vraisemblance (“J’ai déjà eu beaucoup de mal avec le personnage d’Ella, qui a vécu des choses vraiment horribles dans son passé, on est bien d’accord. Mais compte tenu de tout ce qui lui est arrivé, j’ai trouvé qu’elle allait un peu trop bien.” – howlsbook, 3 étoiles). La question du lien de la fiction avec la réalité reste donc problématique, comme avec toute production culturelle jouant sur les stéréotypes : elle permet une projection psychologique, et peut-être de ce point de vue un soulagement cathartique, mais elle ne permet pas, par sa superficialité, d’approfondir en retour une compréhension du réel, et donc un dépassement d’une vision stéréotypée de ce dernier. Pour le dire autrement, les littératures stéréotypées peuvent avoir une certaine portée thérapeutique (limitée), mais aucune portée éducative.

Récit infantilisant pour adultes, ou roman inapproprié pour adolescentes ?

On peut enfin commenter deux points. Le premier, c’est le caractère particulièrement immature des personnages, remarqué par certaines lectrices (commentaires Babelio, 3 étoiles cette fois-ci) : “J’ai apprécié le fait que ce tome ne soit pas rempli de scènes sexuelles, comme d’autres, et laissent la place à l’histoire qui est plutôt bien découpée et les personnages sont attachants même si pas trop réalistes.. des gars d’une 20aine qui contrôlent le monde des armes et se comportent comme des gamins mais bon… il faut bien plaire aux lectrices et à la cible surtout !” (SabiSab28) ; “Ella est vraiment agaçante par moments, elle peut être très mature comme très gamine sans raison apparente. Ash pouffe de rire comme un gamin régulièrement alors que ça ne rentre pas du tout dans son personnage.” (Nooemie__). Ce caractère très enfantin, complètement invraisemblable compte tenu des personnages (une ancienne prostituée, un parrain de la mafia), est en revanche tout à fait approprié pour toucher un lectorat potentiel : les adolescents.

Le deuxième point, en prolongement du premier, consiste à remarquer que les incessantes brimades et punchlines correspondent parfaitement à un mode de socialisation prépondérant au collège et au début du lycée, à savoir une culture du clash qui consiste à envoyer le plus de vannes possibles à son interlocuteur, afin de se positionner comme dominant dans le champ social (la classe, l’école, la communauté des élèves, les réseaux sociaux numériques…). L’agressivité gestuelle étant proscrite dans un cadre scolaire, reste l’agressivité verbale. Cette culture du clash imprègne le rap (on se souviendra du scénario d’8 Mile, qui brode sur l’histoire personnelle d’Eminem), et est dopée par les réseaux sociaux où nombre de reels Instagram, vidéos Youtube ou Tiktok, consistent à se moquer plus ou moins gentiment de tel ou tel individu ou de telle ou telle catégorie sociale (les gros, les arabes, les femmes, etc.), que ce soit ou non au second degré. Elle semble chez certains collégiens et collégiennes la seule manière d’interagir avec leurs pairs : c’est à qui lâchera la punchline qui va bien. Les collégiens et collégiennes qui seraient sensibles au regard de leurs pairs, un peu trop premier degré, ou voudraient avoir un rapport simple et spontané avec des jeunes de leur âge, en font régulièrement les frais.

Aussi, penser que la dark romance fournit aux jeunes filles un modèle d’histoire amoureuse fondé, fût-ce de manière fantasmatique, sur le clash, l’inimitié et la violence, peut à bon droit être considéré a minima comme problématique. C’est malgré tout l’une des clés de compréhension du succès du livre auprès des collégiennes, alors même qu’il est censé être destiné à un public de young adults. La question de la catégorie d’âge du destinataire reste d’ailleurs indécise. L’éditeur BMR ne pose pas de restriction d’âge, mais le livre est en général plutôt adressé par les libraires et bibliothécaires aux plus de 15 ans, soit aux lycéennes – au passage, on remarque que la dark romance n’est pas cataloguée en “littérature jeunesse”, ce qui lui permet de ne pas passer sous la censure du ministère de l’Intérieur. Ce qui induit certaines confusions du lectorat : “D’abord c’est un livre bien que placé chez les adultes qui n’a rien à faire là : c’est un livre pour les adolescents. Ecrit par un auteur qui manque de maturité, elle même sans doute sortie depuis peu de l’adolescence.” (toujours Babelio, chapitre, 1 étoile). Un roman pour young adults amatrices de littérature sérielle fantasmatique se retrouve, du fait du caractère particulièrement immature des personnages qu’elle met en scène, dans les mains de collégiennes auxquelles il n’était semble-t-il au départ pas destiné : ici le lectorat cible ne semble pas correspondre, au moins en partie, au lectorat réel. Avec les inquiétudes éducatives que l’on peut imaginer, résumées par cette enseignante de lycée, qui rapporte également le témoignage d’une amie libraire :

Il faut savoir que ce livre est adoré par une partie de mes élèves de terminales et ça m’a poussé à lire, car il m’arrive de débattre sur la dark romance avec elles et je voulais lire les dark romances actuelles (celles publiées quand j’étais au collège/lycée étaient plus soft avec de vraies histoires). de plus, ma meilleure amie le vend régulièrement à des gamines de 11/13 ans (ordre hiérarchique de ne pas s’impliquer) et ça lui posait problème (et moi donc !). […]
Ce livre est pour moi une abomination. Outre le fait que ce soit mal écrit et que le contenu soit vide..Ce qui est choquant c’est de lire le fantasme d’une femme probablement peu éduquée sur la psychologie, les traumas et la sexualité (et tous les kinks qui peuvent exister). C’est glamouriser et romantiser le viol, le syndrome d’attachement, c’est faire croire à des personnes que c’est normal…Moi même je me suis rendue compte que bien que mature j’ai évolué avec l’idée qu’il y a deux types d’hommes : le prince charmant et le bad boy toxique qui va finir par changer pour nous. C’est MALSAIN.

(OmbredePlume, 1 étoile)

Entre prescription et condamnation, une voie médiane

Quelle réaction adopter, dès lors, quand on voit une collégienne lire Captive ? Il me semble hors de question de me dire que c’est chouette qu’elle lise un roman, et d’enregistrer cette lecture comme quelque chose de 100% positif, au point par exemple de commencer à acquérir de la dark romance pour les collections du CDI, sur le mode “puisque c’est ça qu’elles veulent lire, et comme c’est bien de lire en général, j’achète”. Il ne me semble pas non plus constructif de condamner en bloc ce genre de lecture. Une chose est de lire, une autre chose est d’apprécier. Une chose est d’apprécier le récit, une autre est d’approuver le comportement des personnages. Et une chose est d’approuver le comportement des personnages à un moment de la construction de son identité sociale et sexuelle, une autre est de se construire durablement sur cet exemple : ce n’est pas parce que ces romans controversés fournissent des modèles, que ces modèles sont nécessairement suivis sur le long terme.

Par ailleurs, si des jeunes filles lisent ce genre de littérature, cela peut aussi être révélateur, parfois, d’un certain mal-être. Ou bien pas du tout. La seule chose à faire de raisonnable dans ce cas, me semble-t-il, c’est d’amorcer un dialogue, d’écouter, de s’intéresser à ce que la lectrice a à dire sur ce roman, et éventuellement, si celle-ci nous demande notre avis, de le donner – sans l’accabler d’analyse littéraire, ni la culpabiliser. Mais il vaut mieux éviter l’écueil de cette collègue qui, à une élève de 3e qui lisait Lait et Miel de Rupi Kaur au 1/4h lecture (recueil poétique qui n’a rien à voir avec de la dark romance), lui a dit en tombant vraisemblablement sur un poème un peu cru que ce n’était pas normal qu’elle lise ça, que ce n’était pas de son âge… Condamner une lecture pour des raisons morales, c’est le meilleur moyen de rompre le dialogue, et c’est dramatiser outre mesure l’impact psychologique et social de la fiction. Ce qui ne veut surtout pas dire qu’il ne faille pas réfléchir à cet impact – qui existe –, et qu’il faille recommander ce genre de littérature sexiste. En tant que figure prescriptrice, le professeur documentaliste a un rôle à jouer, une posture à tenir, qui est celle d’un équilibre entre le conseil éducatif et l’écoute.



Citer ce billet
François Fièvre (2024, 30 mai). Captive de Sarah Rivens : la dark romance au péril de l’adolescence. Info & Co. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11r2m

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search