Oppenheimer : la communication scientifique au prisme de l’idéologie politique

Cillian Murphy dans le rôle de Robert Oppenheimer, dans le film “Oppenheimer” réalisé par Christopher Nolan, sorti en 2023. © Universal Pictures.

Oppenheimer, le dernier film de Christopher Nolan, est de mon point de vue un film magistralement réalisé, très tendu du début à la fin, assez difficile à suivre pour les spectateurs peu habitués à une certaine complexité narrative (les allers-retours entre les différentes époques ne sont pas toujours simples à suivre, même si cela permet de mettre en perspective tel événement avec tel autre). Mais ce qui m’a passionné au-delà de la biographie du brillant physicien, et d’une histoire que je connaissais mal qui est celle du projet Manhattan, c’est bien sûr la question du maccarthysme et de la remise en question de la parole d’un scientifique du fait d’une idéologie spécifique, liée à un contexte bien particulier (l’anticommunisme et la doctrine de course à l’armement véhiculée par le ministère de la Défense états-unien dans le contexte de la Guerre froide). Cette thématique développée par le film de Christopher Nolan en dit long non seulement sur le fait que certaines découvertes technologiques sont l’objet d’une appropriation par les donneurs d’ordre politiques sans que les scientifiques qui en sont à l’origine aient leur mot à dire, mais aussi sur les jeux de pouvoir qui existent dans toutes les instances de légitimation du discours public, comme l’atteste bien la très longue séquence consacrée  à l’audition visant à retirer son habilitation sécurité à Oppenheimer, et qui, je le découvre, a eu une telle importance historique qu’elle fait l’objet d’une notice à part entière sur Wikipedia. Cette audition peut sans doute même être considérée comme l’objet principal du film, étant donné que le réalisateur en donne un aperçu dès le début du film, qui du coup commence et se termine sur cette question de la disqualification de la parole d’Oppenheimer dans la sphère politique nord-américaine.

Sur cette question de la place des scientifiques dans l’espace public, Nolan a dressé un parallèle entre la bombe nucléaire et la problématique contemporaine de l’intelligence artificielle, suivant l’argument classique de la conscience morale qui doit nécessairement accompagner la science (“science sans conscience n’est que ruine de l’âme”, écrivait l’humaniste Rabelais dans Pantagruel) : les scientifiques doivent prendre leurs responsabilités quant à l’usage qui est fait, ou qui risque d’être fait, de leurs innovations technologiques. Personnellement cela m’a surtout rappelé l’usage qui est fait aujourd’hui des avis du GIEC : toute la sphère politique est d’accord sur le papier pour suivre les recommandations des scientifiques, mais bien peu est fait en acte par les gouvernements, parce que ces derniers sont soumis à d’autres contraintes et impératifs jugés plus “vitaux” ou plus urgents (croissance économique, réélection, satisfaction des lobbies…). De la même manière, Truman faisait passer les impératifs impérialistes des États-Unis à l’aube de la Guerre froide avant d’éventuels objectifs internationaux de désarmement. Moralité : la communication politique fait ce qu’elle veut de la parole scientifique, et invoque son “objectivité” ou son caractère raisonnable essentiellement quand ça l’arrange… En cela le film montre bien, je trouve, que ce qui est l’enjeu de cette période n’est pas seulement le problème moral d’un individu confronté aux conséquences des découvertes qu’il a mises au point, mais aussi les conflits et stratégies de communication qui se structurent, dans leur diversité, entre discours scientifiques d’une part (Oppenheimer, Teller…) et discours politiques d’autre part (Truman, Strauss…).

En somme, je trouve que ce film de Nolan dépasse le strict cadre de la biographie d’Oppenheimer, pour poser des questions sur la place qu’occupe la parole des scientifiques dans l’agora politico-médiatique à partir de ces années d’après-guerre. Il y a toujours eu des controverses scientifiques, parfois en relation avec les sphères religieuses et politiques, mais j’ai l’impression que depuis le projet Manhattan les enjeux n’en sont plus seulement celui d’une meilleure connaissance du monde comme à l’époque de Galilée ou de Darwin, mais d’un meilleur état du monde : les découvertes scientifiques ont toujours eu un impact sur les sociétés, mais avec la bombe atomique, le changement climatique ou (peut-être) l’intelligence artificielle, les enjeux politiques semblent beaucoup plus directs et massifs. Ce qui engendre une guerre de communication particulièrement fournie, dont Oppenheimer, parmi d’autres, a fait les frais. La science n’est donc pas seulement affaire d’épistémologie et de logique, mais de politique… et de communication.



Citer ce billet
François Fièvre (2023, 3 septembre). Oppenheimer : la communication scientifique au prisme de l’idéologie politique. Info & Co. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcaj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search