Lire et choisir ses albums (notes de lecture)

Alors que cela fait déjà plusieurs années qu’il est paru et se trouve dans ma bibliothèque, j’ai enfin trouvé le temps de lire le livre que ma collègue Cécile Boulaire a consacré aux albums pour enfants : Lire et choisir ses albums. Petit manuel à l’usage des grandes personnes, Didier Jeunesse, “Passeurs d’histoires”, 2018.

C’est un excellent livre. Un livre très bien écrit, très intelligent et très sensible. Un livre qu’on devrait pouvoir mettre dans les mains de tous les futurs enseignants de primaire à leur entrée en Inspe. Pour être tout à fait honnête, il est sans doute un peu long pour être lu par une personne qui n’y connaîtrait rien sans être introduit, médié par un cours ou un formateur (et ce même si l’autrice, en conclusion, dit que son parcours a été “bref” !). Mais c’est justifié, parce que ce livre prend le temps de l’argumentation, qui est nécessairement plus long que celui de l’exposition. Par conséquent, on n’y trouvera pas de “recette toute faite” pour bien acheter ses albums, avec une liste explicite de critères qu’il faudrait remplir pour être sûr d’avoir affaire à des ouvrages de qualité. Ni de liste de livres recommandés, comme savent le faire les bibliothécaires ou les services compétents de l’Éducation nationale.

Non, ce qu’on trouvera dans ce livre, c’est un long parcours, très clair dans sa structuration, mais très divers dans les exemples abondants que l’autrice prend dans la production d’albums anciens et modernes, qui vise à former la personne qui lit le livre. Non seulement on sait un peu mieux, quand on a terminé le livre, à quoi il faut faire attention quand on ouvre un album, mais on sait pourquoi on fait désormais attention à tel ou tel élément. Et c’est l’une des grandes qualités de cet ouvrage que d’expliciter les raisons éducatives, pédagogiques, littéraires et humaines qui nous poussent à choisir un livre plutôt qu’un autre.

Pour rentrer dans le vif du sujet, on peut souligner deux choses, que j’ai retenues parmi d’autres (mais il y en a vraiment beaucoup d’autres, c’est un livre très riche !).

La première, c’est que l’album n’est pas seulement un texte, ni des images, ni même un ensemble hybride des deux qu’on appelle un iconotexte, mais aussi :

  • un objet matériel total, dont la forme, la texture, etc., peuvent avoir de l’importance pour les enfants, notamment les plus jeunes mais pas seulement, dans leur appréhension complète, sensorielle, de l’objet-livre. Le contenant a autant d’importance que le contenu : en cela, on peut vraiment dire, comme je le défends ailleurs, que l’album est un genre éditorial visant à produire un livre avant d’être un genre littéraire visant à produire un texte – ou un genre artistique visant à produire des “illustrations”.
  • une performance orale, sous-tendue par un rythme et une musicalité du texte mais aussi par la mise en page de ce dernier (ce qu’on appelle la “mise en texte”), ainsi que par celle des images. Cécile Boulaire insiste beaucoup sur l’importance de la première culture orale de l’enfance, faite de comptines, chansonnettes, virelangues, etc., et sur le relais que peuvent venir prendre les albums pour opérer une transition entre cette culture orale de la première enfance et la culture de l’écrit qui est enseignée à l’école. Elle insiste de ce fait aussi beaucoup, dans son excellent dernier chapitre, sur la question de la musicalité de l’album, et sur l’importance de la lecture à voix haute. Cela coïncide avec pas mal de mes réflexions personnelles sur les contes, qui sont des objets littéraires pris entre culture orale et culture écrite (le conte, c’est ce qu’on raconte, mais aussi ce qu’on trouve dans les livres de contes). On se demande du coup si l’image, ou la séquentialité d’images multiples, joue un rôle dans cette musicalité autant que le texte et la manière dont ce dernier est articulé dans l’espace du livre. La réponse est bien évidemment oui, mais l’autrice ne fait que brièvement aborder ce point dans son livre, tout simplement parce qu’elle n’a pas le temps de le traiter en détail.

La seconde chose, c’est que, comme Cécile Boulaire le souligne dans sa conclusion, il y a deux écueils dont il faut se garder quand on choisit un album pour des enfants.

  • Le premier, c’est qu’on ne devrait pas choisir des livres avant tout pour leur thématique : parce que c’est un livre sur le coucher du bébé, le vivre-ensemble ou sur l’écologie, mais parce qu’il fait sens de manière poétique, et qu’il fonctionne à un niveau musical quand on le “performe” à voix haute pour des enfants, que ceux-ci le redemandent, etc. A ce dernier sujet, Cécile Boulaire a l’humilité, que la plupart des médiateurs du livre devraient avoir (moi compris !), de faire confiance au goût et aux appétences des enfants eux-mêmes : si un enfant demande ce livre-là qu’on trouve moche ou mal fichu, c’est que c’est important pour lui. Et donc, même si ça me rebute d’avoir les BD des Sisters ou de Dad dans mon CDI, c’est quand même important de les avoir à disposition vu le succès qu’elles remportent. Parce que, malgré tout, ces BD, d’apparence très pauvre et qui coïncident tout à fait avec l’image qu’on peut se faire d’une littérature industrielle, parlent malgré tout aux enfants, peut-être par exemple parce qu’elles dédramatiseraient par l’humour les rapports familiaux. En tous les cas, cette question du sujet du livre m’interroge par rapport à l’une des formes les plus communes de médiation du livre en bibliothèque, qu’est la sélection thématique : on sait toujours plus ou moins que ce genre de médiation reste assez superficiel, mais en voir expliquées les raisons permet d’en prendre réellement conscience. On aura beau demander au libraire ou au documentaliste “un album sur la mort”, on ne saura pas si le livre touchera la personne ou le groupe d’enfants à qui on le destine sans l’avoir lu, parcouru, soupesé, imaginé dans les mains de tel ou tel enfant, testé à voix haute sur un auditoire.
  • Le second écueil, ce serait de vouloir réduire la polysémie d’un album à un seul message bien défini : ce n’est pas bien de faire pipi dans sa couche / les cauchemars ce n’est pas la réalité / c’est important d’être tolérant et de respecter les différences / etc. Cécile Boulaire ne dit pas que tous les albums sont polysémiques (ou au moins dotés d’un sens “ouvert”, au sens d’Umberto Eco), mais qu’elle recommande particulièrement, ou du moins veut attirer l’attention sur les albums qui le sont, dans lesquels les enfants peuvent projeter des affects très différents selon leur âge, leur histoire familiale, etc. Le chapitre sur la question de ce qu’il se passe réellement quand on dit qu’un lecteur “s’identifie” à un personnage est sur ce point passionnant. Un bon album, ce serait une tonalité, un climat, une histoire iconotextuelle dont le sens resterait ouvert, et qui permettrait à l’enfant de trouver matière à réflexion, cette dernière étant le fruit d’un travail – conscient ou inconscient – de l’enfant tout autant voire davantage que le résultat de la réception “passive” d’un message. Je retrouve ici, en partie, mes réflexions sur le caractère non unilatéral de la communication artistique.

En conclusion, je ne peux que recommander la lecture de ce livre à ceux auxquels il est destiné (médiateurs du livre jeunesse, enseignants, parents…). Mais l’une de ses qualités “cachées” réside aussi dans le fait que, en matière d’analyse ou de lecture d’images, Cécile Boulaire livre deux chapitres particulièrement clairs et instructifs, parfois peut-être un peu touffus pour une première approche, mais dont la teneur, que ce soit dans la rigueur lexicale ou la finesse d’analyse, est largement comparable à ce qu’on peut trouver dans bien des manuels d’histoire de l’art. Pour cette raison, les étudiants d’histoire de l’art pourront également y trouver matière à enrichir leurs connaissances et à affûter ou clarifier leurs procédures de lecture des images.



Citer ce billet
François Fièvre (2022, 19 novembre). Lire et choisir ses albums (notes de lecture). Info & Co. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcaf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search