Sur l’autonomie des établissements scolaires – et la course à l’innovation

En octobre 2022, paraissait dans les colonnes du Monde diplomatique un article de Clotilde Dozier intitulé “Derrière la vitrine de l’autonomie des établissements scolaires” (p. 18-19 de l’édition papier, à laquelle je suis abonné depuis… plus de 10 ans ?). J’ai réagi à cet article en envoyant un courrier à la rédaction du Diplo, ce qui m’a valu de voir des extraits de ma réponse paraître dans le numéro de novembre. Étant donné que mon opinion a été jugée digne d’apparaître dans la rubrique du “Courrier des lecteurs”, je me permets d’en donner ici la version complète, non tronquée.

Madame, monsieur,

Je souhaite réagir à l’article de Clothilde Dozier, publié dans vos colonnes dans le numéro d’octobre 2022, sous le titre “Derrière la vitrine de l’autonomie des établissements scolaires“.

Je partage tout à fait l’analyse de la première partie de l’article, qui expose de manière critique la course à l’autonomie des établissements scolaires, qui les amène à vouloir “se vendre” alors même qu’ils sont censés rendre un service public. La contradiction est patente, et il est bien de la souligner.

Je suis en revanche plutôt circonspect à la lecture de la seconde partie de l’article, qui tente de donner les causes de ce phénomène, qui serait dû selon l’autrice à la volonté affichée d’une réponse personnalisée à la diversité des besoins des élèves. Si cela peut constituer un argument “de façade” destiné à légitimer ce mouvement d’autonomisation, j’ai des doutes quant au fait que cela soit la raison principale : la mise en autonomie des établissements me semble bien plutôt être la conséquence d’une mise en application de l’argument néolibéral selon lequel la mise en concurrence des services est en elle-même un cercle vertueux. L’argument de façade de la diversité des élèves permet également de justifier a posteriori une baisse tendancielle des investissements (relativement au nombre d’élèves, pas dans l’absolu) dans l’Éducation nationale, par une “marge de liberté” budgétaire permettant de financer à discrétion des projets dits “innovants“, tout en baissant un peu partout les DHG, en réduisant le nombre de postes de titulaires, et en faisant stagner les salaires. Ce qui ne me semble pas du tout critiqué dans l’article de Mme Dozier, et qui pourrait pourtant l’être à bon droit, c’est que l’autonomie des établissements met en péril le principe d’égalité des élèves sur l’ensemble du territoire, puisque certains établissements sont selon ce principe naturellement moins dotés que d’autre, au prétexte qu’ils seraient moins “innovants“.

Ce que je ne comprends pas en revanche, c’est que Mme Dozier fasse de l’accumulation des programmes d’aide individualisée et des dispositifs de remédiation scolaire un argument contre l’efficacité de ces derniers. D’abord ces dispositifs ne me semblent pas liés à sa problématique principale, la mise en concurrence des établissements, pour les raisons que j’ai dites. Ensuite ce n’est pas parce que ces dispositifs ne cessent de “s’accumuler” (en réalité ne se remplacent-ils pas plutôt au fil des décennies, pour certains d’entre eux?) qu’ils sont inefficaces (pour cela il faudrait que leur efficacité soit évaluée, ce qui n’a peut-être pas toujours été le cas, mais Mme Dozier n’en dit mot). Enfin, mais ce n’est qu’un détail, un bon nombre de ces dispositifs présentés comme des “aides individualisées” relèvent en réalité de dispositifs collectifs: c’est le cas des études dirigées ou de la 3e prépa professionnelle, par exemple.

Ce que je ne comprends pas non plus, c’est le missile tiré dans l’avant-dernier paragraphe contre l’évaluation par compétences, qui n’a rien à voir ni avec les dispositifs d’aide individualisée, ni avec le principe d’autonomie des établissements. D’une part on ne comprend pas en quoi les modes d’évaluation contribueraient à mettre en concurrence les établissements entre eux, sinon de manière anecdotique quand certains parents d’élèves retirent leurs enfants du collège public parce que l’évaluation s’y fait sans notes. D’autre part et surtout, l’attaque “épistémologique” contre l’approche par compétences de Mme Dozier tombe à côté de la plaque, et semble indiquer que l’autrice en a une conception passablement déformée. L’approche par compétences créerait “des confusions entre les savoirs et les procédures“, alors même qu’en réalité elle s’efforce justement de distinguer les savoirs des savoir-faire, voire des savoir-être : si un élève n’a pas réussi cet exercice, est-ce parce qu’il n’a pas compris la consigne, parce qu’il n’a pas appris sa leçon ou bien parce qu’il s’est trompé dans la mise en ordre sur le papier de sa pensée? Tout cela, l’approche par compétences permet de le décortiquer bien mieux qu’une note globale assortie d’un commentaire vague du type “Vous devez travailler davantage“, dont beaucoup trop d’enseignants se contentent encore. L’approche par compétences, de plus, inviterait “à enseigner ce qui s’évalue“: on ne comprend du coup pas trop où est le problème d’enseigner aux élèves ce qu’on va évaluer dans leurs copies, afin qu’ils puissent mieux comprendre “où ils en sont” et enrichissent, comme on dit dans le jargon, leurs compétences métacognitives. “Apprendre à apprendre“, n’en déplaise à Mme Dozier, fait partie des fondamentaux que l’on doit enseigner aux élèves. Enfin, Mme Dozier propose de remplacer l’approche par compétences par une identification “de ce qui entrave l’appropriation d’un savoir“… ce qui constitue exactement l’objectif de l’approche par compétences, qui vise comme on l’a dit à identifier précisément, et explicitement à destination de l’élève (et idéalement de ses parents), les obstacles à son apprentissage : ce sur quoi il achoppe, et sur quoi il doit travailler pour s’améliorer.

L’ensemble de l’article me laisse du coup un goût relativement amer, comme trop souvent les articles sur l’éducation dans vos colonnes, où certains enseignants se permettent de lancer des anathèmes impertinents (au sens littéral du terme) sur certains dispositifs ou pratiques, sans autre argument que celui de leur aplomb, au prétexte qu’ils sont à la mode dans les rectorats, et qu’ils relèveraient selon la communication ministérielle d’une “innovation” qui la plupart du temps n’en est pas une. Ainsi dans un article paru dans votre mensuel ces dernières années (je ne me souviens plus lequel, vous m’en pardonnerez), je me souviens avoir lu une remarque acide sur l’usage des cartes mentales, comme si celles-ci mettaient en danger la sacro-sainte “transmission des savoirs” et l’école publique. Que l’usage de cartes mentales ou d’évaluation par compétences ne fasse pas office de garant d’efficacité pédagogique dans la réduction des inégalités scolaires est une chose. Qu’on voue aux gémonies toute pratique alternative au cours magistral ou dialogué, au risque de passer pour un chantre aveugle de “l’innovation” quand on tente de développer chez les élèves leurs compétences métacognitives, en est une autre, qui me semble plus difficilement acceptable. En d’autres termes, on peut ne pas être dupe de la communication ministérielle qui pousse sans relâche à “l’innovation” et à la différenciation pédagogique, tout en essayant malgré tout autant que possible d’améliorer ses pratiques, que ce soit par l’évaluation par compétences ou autre, quand on constate que certains outils réussissent bien à tous les élèves (et non seulement aux plus doués d’entre eux).

Pour information, je suis professeur-documentaliste au collège, en Indre-et-Loire.



Citer ce billet
François Fièvre (2022, 10 novembre). Sur l’autonomie des établissements scolaires – et la course à l’innovation. Info & Co. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qcae

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search